© 2019 - Service communication - FIPAC-Monaco

La FIPAC-Monaco

Recrutement

Élèves

Informations

  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux

Oct 24, 2018

Ciné-concert • La veuve joyeuse

0 comments

Edited: Oct 24, 2018

Troisième collaboration avec Jean-François Zygel pour le ciné-concert La veuve joyeuse. Après Le Fantôme de l'Opéra et Faust, le célèbre improvisateur revient en Principauté pour improviser la première fois le film d'Eric von Stroheim.

 

Héritier du royaume de Monteblanco, le prince Mirko et son cousin Danilo se disputent les faveurs d’une danseuse de music-hall, Sally O’Hara. Celle-ci consent à se marier avec Danilo, mais le roi et la reine s’y opposent. Désemparée, elle épouse le richissime et impotent baron Sadoja dont la fortune permet la survie économique du royaume. Quand il meurt soudainement, Danilo doit absolument séduire à nouveau la jeune veuve. Les relations du fantasque metteur en scène Eric von Stroheim avec sa vedette, Mae Murray, étant particulièrement houleuses, le tournage ne fut pas un long fleuve tranquille. À sa sortie, le succès est énorme tant auprès des critiques que du public. La presse salue le talent du réalisateur et sa capacité à transformer la ravissante mademoiselle Murray en véritable actrice. Le film coûteux générera des profits records. Par la suite, La Veuve joyeuse sera adaptée pour le grand écran à de multiples reprises (1934, 1952, 1962 et 1994) et le studio relèguera cette version particulièrement rutilante mais muette aux oubliettes afin d’effacer toute concurrence. Les plus observateurs apercevront brièvement deux jeunes acteurs, promis à une gloire future : Joan Crawford et Clark Gable. Spécialiste internationalement reconnu de l’accompagnement en concert de films muets, le compositeur Jean-François Zygel improvisera au piano pour la première fois la musique du film de von Stroheim, ajoutant ainsi une création supplémentaire à sa foisonnante carrière.

 

 

 

 

New Posts
  • Pour le dernier opéra de sa saison 2018-2019, l’Opéra de Monte-Carlo proposera l’une des plus grandes œuvres de Verdi, Otello . Giuseppe Verdi, grand admirateur de William Shakespeare, adapta trois de ses œuvres en opéra : Macbeth , Falstaff et Otello . En s’associant au jeune librettiste Arrigo Boito, qu’il détestait au début de leur collaboration, Verdi a renouvelé pour Otello sa dramaturgie lyrique et son langage musical. L’écriture de ses personnages est raffinée, complexe et pleine d’impétuosité. Même si cet opéra ne fut pas le plus populaire, il rencontre toujours un immense succès auprès du public. Allex Aguilera sera à la mise en scène, Bruno de Lavenère aux décors, David Belugou aux costumes et Laurent Castaignt aux lumières. Le cast : Gregory Kunde (Otello), George Petean (Jago), Bogdan Volkov (Cassio), Reinaldo Macias (Roderigo), In-Sung Sim (Lodovico), Antonio di Matteo (Montano), Maria Agresta (Desdemona) et Cristina Damian (Emilia). Le Maestro italien, Daniele Callegari, dirigera l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo et le Chœur de l’Opéra de Monte-Carlo. Photos : ©D.R.
  • Pour l’avant-dernier opéra de la saison 2018-2019 de l’Opéra de Monte-Carlo, ce sera l’œuvre de Mozart, , qui sera proposée les 22, 24, 26 et 28 mars 2019 à la salle Garnier. Déjà à l’apogée de sa maturité musicale a à peine 26 ans, Mozart a composé L’Enlèvement dans un souffle impétueux de liberté. Cette œuvre est pleine d’allégresse, mêlant jeunesse et maîtrise ; une parfaite combinaison pour faire naître ce que l’on appelle un chef d’œuvre. À Monte-Carlo, le metteur en scène Dieter Kaegi transposera l’intrigue au cœur du célèbre train de l’Orient Express. Pour ce voyage entre Monte-Carlo et l’Égypte, il a fait appel à Francis O’Connor pour les décors et les costumes et Roberto Venturi pour les lumières. Une distribution jeune et pleine de talent sera également au programme : Bernard Bettermann (Selim), Rebecca Nelsen (Constance), Jodie Devos (Blonde), Cyrille Dubois (Belmonte), Brenton Ryan (Pedrillo) et Albert Pesendorfer (Osmin). Patrick Davin dirigera l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo et le Chœur de l’Opéra de Monte-Carlo. Photos : ©D.R.
  • Pour l’unique récital de la saison 18 19, la soprano bulgare Sonya Yoncheva revient en Principauté pour une représentation exceptionnelle le 5 mars 2019. Elle offrira au public monégasque une soirée dédiée aux airs d’opéra et mélodies d’Alfredo Catalani, Ruggero Leoncavallo, Giuseppe Martucci, Giacomo Puccini, Paolo Tosti et Giuseppe Verdi. Après trois ans d’absence, parions que les retrouvailles entre cette grande artiste et le public de l’Opéra de Monte-Carlo seront aussi vibrantes que ses premiers pas sur la scène de la salle Garnier dans La Traviata en 2013. Photo : Kristian Schuller ©Sony Music